Basculer vers le Français Switch to English

 

 LE PROPHETE DU TEMPS DE LA FIN

_______________________________________________

 

William Marrion Branham

William Marrion Branham

1909 - 1965

 

Son enfance, sa conversion et son ordination

 

Fils aîné de Charles et Ella Branham, William Marrion Branham est né le 6 avril 1909 dans une cabane dans le Kentucky et a grandi près de Jeffersonville, Indiana. Son père était un alcoolique illettré et d’une éducation pauvre et difficile. Le premier jour de sa vie, un évènement très inhabituel se produisit. Après que la sage-femme l'eut lavé et installé près de sa mère, elle se dirigea pour ouvrir le volet. L'aurore qui apparaissaitsur le champs fit pénétrer quelques rais de lumière dans la pièce. Une auréole pénétra en même temps et vint briller au-dessus du lit où la mère et le bébé étaient couchés.

 

Cabane où naquit frère BranhamLa présence surnaturelle de Dieu accompagna cet homme tout le long de sa vie. Déjà dans son enfance William Branham eut la vision d’événements qui se sont tous accomplis souvent bien des années plus tard.

 

Au moins une fois dans sa jeunesse il fut approché par un astrologue lui disant qu’il était né sous un signe spéciale et prophétisa qu’il aurait un grand ministère. Plus tard dans sa vie, après un examen d’électro-encéphalographie, un médecin lui dit : «votre subconscient et votre conscient sont ensemble… donc, vous pouvez avoir des songes pendant que vous êtes éveillé».

 

A l’âge de sept ans il entendit une voix provenant d’un tourbillon de vent semblant se manifester dans la couronne d’un arbre, alors que partout ailleurs il n’y avait pas de vent. Il lui fut dit: «Ne bois pas, ne fume jamais, ne souille ton corps d’aucune manière, car tu auras une œuvre à accomplir pour Moi lorsque tu seras plus âgé». Plusieurs fois dans sa jeunesse il fut incité par des amis à boire ou à fumer. Ils le traitèrent de lâche, et c’est précisément ce qu’il ne voulait pas être car finalement, en tant que boxeur, il manifesta qu’il n’en était pas un. Chaque fois qu’il essaya de boire ou de fumer il entendait à nouveau le même bruit de vent et la même Voix qui lui avait défendu de faire ces choses. C’est ainsi qu’il fut gardé de la désobéissance. Selon la Bible, Élie a tout d’abord entendu la tempête avant que le Seigneur l’Éternel ne lui parle à la montagne d’Horeb (1 Rois 19). Job entendit la Voix du Seigneur directement du milieu de la tempête (Job 38.1). “Celui qui fait de ses anges des vents...” (Héb. 1.7).

 

Alors que William Branham était jeune homme, il fut ordonné ministre d’une église baptiste par le Dr Roy Davis. Peu de temps après cela il commença un ministère non attaché à une confession particulière, car il se savait appelé à être au service de tous.

 

Baptême dans l'OhioEn juin 1933, plusieurs choses de grande importance eurent lieu. Il tint sa première campagne d’évangélisation. A la fin de cette série de réunions un service de baptême eut lieu devant environ 4000 personnes, le dimanche 11 juin 1933, dans le fleuve Ohio. Quelques centaines de nouveaux convertis se firent baptiser. Lorsque le jeune prédicateur Branham était sur le point de baptiser la dix-septième personne il pria, disant: «Père, de même que je les baptise dans l’eau, veuille Toi aussi, me baptiser ainsi du Saint-Esprit». C’est à cet instant que du ciel descendit une Lumière brillante semblable à une étoile, laquelle s’arrêta au-dessus de lui. De cette Lumière retentit une Voix disant: «De même que Jean-Baptiste a été envoyé comme précurseur de la première venue de Christ, ainsi seras-tu envoyé avec un Message qui sera précurseur de la seconde venue de Christ».

 

L’«Associated Press» des Etats-Unis et du Canada rendirent compte de cet événement extraordinaire. A cause de ces événements qu se succédèrent dans la vie de cet homme de Dieu, et spécialement sur les 7 visions reçues en 1933 sur le développement mondial, firent quebeaucoup de prédicateurs se distancèrent de plus en plus de lui. Même ceux parmi les plus proches de lui admettaient bien que de tels événements aient eu lieu dans les temps bibliques, mais ils nièrent qu’ils puissent avoir lieu encore de nos jours.

 

Visitation céleste et les signes particuliers du Ministère de William Branham

 

Le soir du 7 mai 1946, William Branham se trouvait dans une pièce où il avait déjà passé quelque temps dans la prière et la lecture de la Bible. Subitement, vers 23h, vint d’en haut une Lumière entrant dans cette pièce; Elle s’étendit de plus en plus et s’intensifia. «… Lorsque je regardai je vis cette grande étoile suspendue. Toutefoi,s elle n’avait pas cinq pointes, mais elle ressemblait davantage à une boule de feu qui rayonnait, et elle éclairait le sol. Puis j’entendis quelqu’un marcher. La frayeur me saisit encore davantage, car je savais que personne ne serait venu dans ce lieu excepté moi-même. Dans cette Lumière, je vis venir à moi un homme aussi naturellement que vous venez vers moi. J’estimais que cet homme devait peser dans les 85 kilos, et il portait un vêtement blanc. Son visage était lisse, sans barbe, ses cheveux noirs descendaient jusqu’aux épaules, son teint était plutôt foncé, et il avait une apparence très agréable. Il s’approcha encore davantage et nos regards se croisèrent. Il vit ma frayeur et me dit: ‘’Ne crains pas. J’ai été envoyé de la présence du Dieu Tout-puissant pour te dire que ta vie particulière et le chemin mal compris qui est le tien indiquent que Dieu t’a envoyé vers les peuples de la terre avec un don de guérison divine. Si tu es sincère et arrives à faire en sorte que des gens te croient, aucune maladie ne pourra résister à ta prière, même pas le cancer’’. Les mots me manquent pour exprimer ce que je ressentis à ce moment-là», relate William M. Branham.

 

L’Ange dit encore à William M. Branham: «De la même manière que deux signes ont été donnés à Moïse (Ex. 4), ainsi deux signes te seront donnés. S’ils ne croient pas le premier, ils croiront le deuxième».

 

L’Usage de ses dons

 

Puis l’Ange lui expliqua le premier signe. Après la prédication de la Parole et la prière avec ceux qui consacreraient alors leur vie au Seigneur, il devrait prier pour les malades. Le premier signe consisterait en ce qu’il prendrait la main du patient dans sa propre main; sur le dos de sa main se présenterait alors à ses yeux de quoi souffrirait littéralement la personne, la maladie se manifestant par des changements de couleur et certaines conformations de la peau. Ensuite suivrait la prière pour la guérison. Le patient devait suivre l’événement en observant la main. Lorsque la prière avait été exaucée, et que Dieu avait effectué la guérison, le signe identifiant la maladie disparaissait sous les yeux du malade. Cette manière d’annoncer l’Évangile fut confirmée des milliers de fois, et cela plus particulièrement dans les années 1946 à 1949. Beaucoup de personnes guéries au moyen d’un tel miracle de Dieu le ressentaient dans leur corps et voyaient cette guérison s’accomplir sous leurs yeux, et très nombreuses étaient les personnes qui criaient à haute voix tant elles étaient saisies par cette œuvre de Dieu.

 

La Colonne de Feu sur l'épaule droite de Fère BranhamPuis l’Ange lui expliqua l’usage du deuxième don, et cela en citant plusieurs passages bibliques. Il se rapporta au ministère de notre Seigneur Jésus, lui expliquant plus particulièrement Jean 5:19-20, à savoir que Jésus en tant que Fils de l’homme avait agi comme un prophète, qu’Il avait des visions Lui montrant ce que Dieu voulait faire. “...En vérité, en vérité, je vous le dis: le Fils ne peut rien faire de Lui-même, Il ne fait que ce qu'Il voit faire au Père; Et tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement. Car Le Père aime le Fils et Lui montre tout ce qu'Il fait…” (Jean 5:19-20). Conformément à cette parole, le Fils de l’homme n’a exercé Sson ministère que suivant ce qui Lui était montré en vision. L’Ange mentionna les deux événements de Jean 1, concernant Pierre et Nathanaël. Nous lisons que lorsque André conduisit son frère Simon à Jésus: “Jésus, l’ayant regardé dit: Tu es Simon, le fils de Jonas; tu seras appelé Céphas (qui est interprété Pierre)” (v. 42). Il n’avait jamais vu Pierre auparavant, et cependant Il connaissait son nom et le nom de son père. La même chose arriva avec Nathanaël, que Philippe conduisit au Seigneur: “Voici vraiment un Israélite, dans lequel qui il n’y a point de fraude… Avant que Philippe t’appelât, quand tu étais sous le figuier, je t'ai vu” (v. 47-48). Tous peuvent lire combien Nathanaël fut saisi par cette révélation, et de quelle manière il réagit.

 

L’Ange poursuivit en se référant à Jean 4 et il évoqua la conversation ayant eu lieu entre le Seigneur Jésus et la Samaritaine au puits de Jacob. Par révélation, et conformément à ce qui Lui avait été montré, Jésus lui dit: “... car tu as eu cinq maris, et celui que tu as maintenant n’est pas ton mari” (v. 18). A la fin de la conversation la femme s’écria: “Je sais que le Messie qui est appelé le Christ, vient; quand Celui-là sera venu, il nous fera connaître toutes choses. Jésus lui dit: Je le suis, moi qui te parle” (v. 25,26). L’Ange se référa à d’autres passages bibliques encore où de semblables événements arrivent, là où le ministère prophétique du Fils de l’homme ressort particulièrement. C’est précisément lors de la manifestation de ce ministère de Fils de l’homme que les pharisiens ont péché en disant: “C’est par Belzébul qu’il fait ces choses!”, et ainsi de suite. En tant que Prophète le Fils de l’homme reconnaissait même les motifs et les pensées du cœur, et c’était cela précisément qui en particulier ne plaisait pas du tout aux conducteurs spirituels de ce temps-là. Cependant c’est ainsi que les esprits étaient découverts et séparés. L’Éternel Dieu avait dit à Moïse: “Je leur susciterai un prophète comme toi, du milieu de leurs frères, et je mettrai mes paroles dans sa bouche, et il leur dira tout ce que je lui commanderai” (Deut. 18.18; Act. 3.22, 23).

 

L’Ange exprima encore que ce même “Signe du Messie” devait être manifesté de nouveau maintenant dans l’Église des nations, comme il l’avait été autrefois au milieu des Juifs et des Samaritains. Au commencement de presque tous les services de guérison qu’il tenait, William Branham se rapportait à ces passages de l’Écriture que l’Ange lui avait littéralement expliqués.

 

Le deuxième don consistait en ce que précisément en raison de ce que Dieu lui montrait il pouvait, pendant le service de guérison, dire aux personnes de quel pays ou de quelle ville elles venaient, comment elles s’appelaient, qui elles étaient, quelles maladies elles avaient, et, à proprement parler, tout ce qui les concernait, de la même manière que cela était arrivé dans le ministère prophétique du Fils de l’homme.

© 1999 - 2018 - ROC SECULAIRE TABERNACLE

Web Team

64, AVENUE DU GROUPE MANOUCHIAN - 94400 VITRY-SUR-SEINE

TELEPHONE : +33 6 24 68 78 46